John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Modalités d’administration de l’irinotecan dans le traitement du cancer colorectal métastatique Volume 93, numéro 5, Mai 2006

Auteurs
CRLC Val d’Aurelle-Paul Lamarque, 208 rue des apothicaires, Parc Euromédecine, 34298 Montpellier Cedex 5

En une dizaine d’années de développement, l’irinotecan (CPT11) est devenu une des thérapeutiques majeures dans la prise en charge du cancer colorectal métastatique (CCRM). D’abord utilisé en monothérapie au rythme d’une injection toutes les 3 semaines, il a été par la suite développé en association avec du 5FU et de l’acide folinique selon deux modalités d’administration (bolus hebdomadaire ou par injection toutes les 2 semaines). Cette association est actuellement bien validée tant en deuxième qu’en première ligne métastatique. Le schéma d’administration Folfiri semble présenter le meilleur profil d’efficacité/tolérance. L’association avec l’anticorps anti-VEGF (Avastin ®, bevacizumab) est prometteuse. Par ailleurs l’association de l’irinotecan avec l’anticorps anti-REGF (Erbitux ®, cetuximab) a démontré une efficacité en troisième ligne métastatique après progression sous un protocole intégrant de l’irinotecan. Les combinaisons avec l’oxaliplatine en bithérapie (Irox, Irinox) ou en trithérapie (Folfoxiri, Folfirinox) restent encore en cours d’évaluation, notamment en situation néoadjuvante. Une augmentation de dose semble réalisable en monothérapie ou en bithérapie (Folfiri haute dose) avec une augmentation possible des taux de réponses. Toutefois, cette stratégie doit encore démontrer un véritable intérêt clinique. Enfin, on assiste actuellement à des développements prometteurs dans les domaines de la pharmacogénétique et de la pharmacogénomique de l’irinotecan.