John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Mise au point sur le traitement du myélome multiple Volume 93, numéro 1, Janvier 2006

Auteurs
Service des maladies du sang, Hôpital Claude Huriez, CHU, 59037 Lille

Nous avons assisté ces quinze dernières années à des progrès considérables concernant le traitement du myélome multiple. Alors que le traitement intensif par autogreffe de cellules souches périphériques est actuellement admis par la plupart des équipes comme le traitement de première ligne de référence des sujets jeunes, l’association classique melphalan-prednisone (MP) ne sera peut-être plus le gold standard du traitement des sujets âgés et cela depuis que l’étude IFM99-06 a montré la supériorité en termes de survie globale de l’association MP plus thalidomide par rapport à l’association MP et au traitement intensif. Le concept thérapeutique le plus innovant est sans conteste illustré par les nouvelles molécules qui ciblent à la fois les cellules myélomateuses et l’environnement médullaire. L’arrivée des nouvelles molécules telles que le thalidomide et ses dérivés (le Revlimid ® et l’Actimid ®) ainsi que le Velcade ® a considérablement transformé l’histoire du myélome. Il faut considérer ces molécules non comme concurrentes mais plutôt comme complémentaires et l’impact viendra probablement de leur combinaison et de leur association avec les traitements intensifs. Cependant, plusieurs questions restent particulièrement sujettes à controverse, notamment la place du traitement d’entretien et celle de l’allogreffe de cellules souches hématopoïétiques dans le schéma thérapeutique du myélome.