John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Mesure de la qualité de vie chez le cancéreux guéri Volume 89, numéro 3, Mars 2002

Auteurs
Centre de lutte contre le cancer Paul-Strauss, 3, rue de la Porte-de-l'Hôpital, 67085 Strasbourg Cedex.

La qualité de vie des cancéreux guéris s'apprécie plus par des entretiens semi-structurés et des échelles validées de mesure de qualité de vie que par des échelles de toxicité qui ne mesurent pas le ressenti des effets somatiques. Les échelles les plus utilisées sont soit génériques, soit le plus souvent spécifiques du cancer, développées pour une évaluation en cours de traitement. Ces dernières associent un questionnaire central (core questionnaire) à des modules spécifiques de l'organe atteint et des traitements utilisés auxquels des questions particulières peuvent être ajoutées pour évaluer d'autres domaines, explorant par exemple la consommation médicale ou les possibilités d'assurances. Certains questionnaires spécifiques ont été mis au point pour les cancéreux guéris : ils évaluent notamment la notion de satisfaction des divers aspects de la qualité de vie ou aboutissent à des mesures d'utilité. En fait, il n'existe pas d'instruments de référence pour mesurer la qualité de vie des cancéreux guéris. L'entourage peut difficilement se substituer au patient car il existe des divergences d'appréciation entre lui et le patient sur les modifications de l'état psychologique, de la douleur et de la qualité de vie en général. L'enquête peut porter sur une cohorte de patients, surtout s'il s'agit d'une étude longitudinale. Plus intéressantes sont les enquêtes cas-témoins qui permettent de comparer des cancéreux guéris à la population générale. Des exemples d'évaluation de qualité de vie de différentes localisations cancéreuses ainsi que les principaux résultats sont présentés.