John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Marge d’exérèse dans les cancers infiltrants du sein Volume 95, numéro 12, décembre 2008

Auteurs
Institut Paoli-Calmettes, 232, boulevard de Sainte-Marguerite, 13009 Marseille, France

Le traitement conservateur du cancer infiltrant du sein est équivalent à la mastectomie en termes de survie globale et de survie sans métastases. Cependant, la survie sans récidive est augmentée en cas de traitement conservateur. Les facteurs prédictifs de survenue de récidive locale modulables sont les suivants : les marges d’exérèse, les modalités de radiothérapie, les traitements adjuvants tels que la chimiothérapie et l’hormonothérapie. Le but de cette revue est de rapporter les arguments définissant les marges optimales requises. L’orientation de la pièce opératoire ainsi que l’encrage des berges latérales sont indispensables à l’analyse anatomopathologique des marges d’exérèse. Etant donné une résection au contact du muscle du grand pectoral en profondeur et sous-cutanée en superficie, l’analyse est concentrée sur les berges latérales. D’une part, le taux de résidu tumoral après reprise de tumorectomie est corrélé à la positivité des marges. D’autre part, le taux de récidive locale est augmenté en cas d’atteinte des berges d’après l’ensemble des études. Il n’existe pas actuellement de consensus sur le nombre de millimètres requis pour considérer une marge suffisante. L’étude du taux de récidive locale montre cependant une diminution de celui-ci à partir de 2 mm comme marge minimale. Sur le plan qualitatif, la présence d’une composante intracanalaire extensive (CICE) ou de carcinome lobulaire in situ (CLIS) représentent aussi des facteurs prédictifs de récidives locales, d’autant plus que l’obtention de marges saines, dans ce cas précis, est plus difficile à obtenir. Plusieurs facteurs peuvent être corrélés entre eux. Il apparaît donc intéressant de déterminer les facteurs indépendants et des sous-groupes à risque de récidive locale différents.