John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Leucémie aiguë lymphoblastique du sujet âgé : pronostic et traitement Volume 91, numéro 9, Septembre 2004

Auteurs
Service d’hématologie clinique, Hôpital Edouard-Herriot, 69437 Lyon

Les leucémies aiguës lymphoblastiques (LAL) représentent après 60 ans entre 16 et 31 % des cas observés chez l’adulte. Les LAL pré-B et des formes communes sont fréquentes alors que les LAL de la lignée T sont plus rares chez les sujets âgés comparativement aux adultes jeunes. La fréquence du chromosome Philadelphie semble augmenter avec l’âge et influence de façon négative les taux de rémission complète (RC) et de survie. L’état général des patients, les facteurs de co-morbidité et la forte mortalité pendant la phase de chimiothérapie d’induction sont les principales causes des mauvais résultats observés dans le traitement des LAL du sujet âgé. Peu de programmes thérapeutiques ont exclusivement impliqué des sujets âgés, dont peu d’études prospectives. Des approches thérapeutiques moins agressives, adaptées à l’âge, ont été appliquées aux sujets âgés. Des réponses complètes étaient observées dans 12 à 85 % des cas selon les études. Les décès toxiques pendant la phase d’induction variaient de 7 à 42 %. La médiane de survie des patients recevant un traitement à visée curative allait de 3 à 14 mois, alors que celle des patients recevant un traitement à visée palliative allait de 1 à 14 mois. De nouvelles approches thérapeutiques sont nécessaires pour améliorer les résultats des LAL dans ce sous-groupe d’âge.