John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Les nouvelles curiethérapies Volume 93, numéro 1, Janvier 2006

Auteur
Département de radiothérapie, Centre Alexis-Vautrin54511 Vandœuvre-lès-Nancy Cedex

La curiethérapie, utilisée dès la découverte de la radioactivité, est devenue une méthode moderne d’irradiation conformationnelle de haute technicité. Elle représente 5 % de l’ensemble des irradiations, soit de 8 000 à 10 000 traitements en France chaque année. Son renouveau provient de son utilisation croissante dans le traitement des cancers de la prostate localisés de pronostic favorable, en raison de son efficacité comparable à celle de la chirurgie ou de la radiothérapie externe, sa très bonne tolérance immédiate et sa meilleure préservation de la fonction érectile. En 2005, plus de 1000 patients auront été traités en France, nombre qui devrait rapidement augmenter. La curiethérapie gynécologique reste incontournable dans le traitement des cancers invasifs du col utérin et bénéficie des progrès de l’imagerie et de l’optimisation du calcul de la répartition de la dose permettant l’optimisation de l’irradiation au moyen des projecteurs de source motorisés (curiethérapie pulsée). La curiethérapie ORL garde ses indications, en particulier dans l’irradiation exclusive ou postopératoire des cancers de la cavité buccale ou de l’oropharynx. Dans le traitement des cancers du sein, les concepts de complément d’irradiation du lit opératoire et d’irradiation partielle du sein ouvrent une nouvelle place à la curiethérapie moderne. Enfin, de nombreuses indications précises sont toujours d’actualité. Ainsi, la curiethérapie (ou les nouvelles curiethérapies) par implants permanents, à bas débit de dose, à haut débit ou à débit pulsé, associées aux outils d’imagerie, d’optimisation et aux technologies de projecteurs de sources, est concurrentielle ou complémentaire des nouvelles techniques d’irradiation 3D ou 4D.