John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Les carcinomes du nasopharynx Volume 87, numéro spécial 12, FMC 5, Décembre 2000

Auteurs
Département de médecine et de radiothérapie, Institut Gustave-Roussy, 94805 Villejuif.
  • Page(s) : 21-6
  • Année de parution : 2000

Les carcinomes du nasopharynx (NPC) sont d'origine épidermoïde et représentent 90 % des tumeurs malignes nasopharyngées. Ils sont divisés en deux entités clinico-histologiques distinctes : le carcinome épidermoïde et le carcinome indifférencié de type nasopharyngé (UCNT) ; ce dernier a la plus grande prévalence à travers le monde [1]. L'UCNT se distingue des autres carcinomes épidermoïdes des voies aérodigestives (VADS) par ses caractéristiques histologiques, son épidémiologie non liée à l'intoxication alcoolo-tabagique et sa relation directe avec le virus d'Epstein-Barr (EBV). Sa distribution est endémique dans certaines régions du monde (forte en Asie du Sud-Est, moyenne en Afrique du Nord) et son étiologie est multifactorielle, impliquant des facteurs génétiques, viraux et environnementaux. Le taux élevé de la dissémination métastatique explique en partie les échecs thérapeutiques observés, malgré la radiosensibilité tumorale marquée et le taux de contrôles locaux relativement élevé. Chez les patients présentant des tumeurs localement avancées, la chimiothérapie à base de cisplatine combinée à la radiothérapie a permis une amélioration de la survie sans maladie dans des essais randomisés récents [2, 3]. Notre article est une mise au point des données récentes anatomiques, cliniques, histopathologiques et thérapeutiques.