John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Les cancers de l'œsophage Volume 88, numéro 10, Octobre 2001

Auteurs
Département de cancérologie digestive et urologique, Centre Oscar-Lambret, rue Frédéric-Combemale, 59020 Lille Cedex.

Malgré une légère baisse, l'incidence du cancer de l'œsophage, en France, demeure l'une des plus élevée d'Europe, en particulier en Bretagne, dans le Nord et en Normandie. La consommation d'alcool et de tabac est le facteur étiologique le plus important dans le monde occidental. Le diagnostic, souvent tardif, est affirmé par les biopsies per-endoscopiques. La chirurgie d'exérèse est le traitement à visée curative le plus souvent proposé même si, de plus en plus, une radio-chimiothérapie exclusive peut représenter une option curative tout à fait valide. Le pronostic est médiocre avec, dans les séries de population, une survie globale à 5 ans de l'ordre de 20 % pour les patients traités par exérèse chirurgicale ou par radio-chimiothérapie exclusive. L'utilité d'un traitement adjuvant n'est pas démontrée à ce jour, y compris en cas d'atteinte ganglionnaire. La mise en œuvre d'une radio-chimiothérapie néoadjuvante préopératoire améliore la survie sans rechute mais relève encore du domaine de l'investigation clinique. Enfin, quelle que soit l'extension tumorale (cancer localisé, localement avancé ou métastatique), le traitement symptomatique de la dysphagie demeure l'un des objectifs principaux de la prise en charge.