John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Les anomalies moléculaires des tumeurs épithéliales ovariennes : actualités et perspectives Volume 88, numéro 8, Août 2001

Auteurs
Service d'anatomie et cytologie pathologiques, Centre Jean-Perrin, 52, rue Montalembert, BP 392, 63011 Clermont-Ferrand Cedex 01.

Le cancer de l'ovaire représente le quatrième cancer de la femme. Son pronostic est redoutable et, malgré de nombreuses études, les étapes de la carcinogenèse ovarienne restent encore peu élucidées. Sur le plan histologique, trois sous-types de tumeurs ovariennes (bénigne, à la limite de la malignité et invasive) sont retrouvés suggérant l'existence possible d'un continuum lésionnel. Cependant, chacun de ces sous-types présentant des caractéristiques biologiques propres, l'hypothèse de la survenue d'une tumeur maligne via un précurseur prénéoplasique (lésion bénigne ou à la limite de la malignité) reste source de controverse. Avec l'avènement de la biologie moléculaire, de nombreux travaux ont été consacrés à l'étude des anomalies moléculaires des tumeurs ovariennes afin d'avancer dans la compréhension de la carcinogenèse ovarienne. La synthèse des anomalies moléculaires (amplification et/ou surexpression d'oncogène, altération de gènes suppresseurs de tumeur, perte d'allèle, instabilité des microsatellites) rapportées dans la littérature rend compte d'un très grand nombre d'anomalies et confirme l'hétérogénéité et la complexité de ces tumeurs. L'élaboration d'un schéma de l'oncogenèse ovarienne reste donc très difficile. Cependant, une nouvelle technologie, la microdissection au laser, laisse présager l'obtention dans un futur proche de résultats non seulement plus fiables mais également plus nombreux, notamment concernant les lésions précoces. En effet, grâce à cette technique, il devient possible d'isoler des populations cellulaires homogènes et donc d'étudier précisément des tumeurs de petite taille ou de structure architecturale complexe (lésion de surface). Ces résultats devraient permettre d'identifier dans les années à venir les événements précoces de l'oncogenèse ovarienne et de développer des outils diagnostiques, voire thérapeutiques.