John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Le syndrome de Li-Fraumeni : mise au point, données nouvelles et recommandations pour la prise en charge Volume 88, numéro 6, Juin 2001

Auteurs
Service de génétique, CHU et Inserm EMI 9906, Faculté de médecine et de pharmacie, 76183 Rouen.

Le syndrome de Li-Fraumeni (LFS) est une forme héréditaire de cancers touchant l'enfant et l'adulte jeune, caractérisé par un large spectre tumoral incluant, en particulier, les sarcomes des tissus mous, les ostéosarcomes, les tumeurs cérébrales, les corticosurrénalomes et les cancers du sein préménopausiques. Dans la plupart des familles, ce syndrome résulte d'une mutation constitutionnelle du gène suppresseur de tumeur TP53 qui code pour un facteur de transcription capable de réguler le cycle cellulaire et l'apoptose, lorsque des lésions de l'ADN surviennent. Récemment, des mutations du gène hCHK2, codant pour une kinase régulant le cycle cellulaire via Cdc25C et TP53, ont été mises en évidences dans des familles atteintes. Le groupe de travail pluridisciplinaire sur le LFS recommande les points suivants : 1) Le diagnostic positif (recherche d'une mutation de TP53 chez un sujet atteint d'une tumeur) peut être proposé aux enfants comme aux adultes, dans le cadre de consultations de génétique associées à un accompagnement psychologique, dans le but de confirmer le diagnostic de LFS sur des bases moléculaires. Cela permettra, en particulier, de proposer aux patients une surveillance clinique régulière pour éviter un éventuel retard de diagnostic d'une autre tumeur. 2) Les trois indications retenues pour le diagnostic positif sont : proposant atteint d'une tumeur appartenant au spectre étroit du LFS et développée avant l'âge de 36 ans et au moins un apparenté au premier ou au second degré atteint d'une tumeur appartenant au spectre étroit du LFS et développée avant l'âge de 46 ans, ou patient atteint de plusieurs cancers primitifs multiples, dont 2 appartiennent au spectre étroit du LFS, la première de ces tumeurs étant survenue avant l'âge de 36 ans, ou enfant atteint d'un corticosurrénalome. 3) Le diagnostic pré-symptomatique doit être impérativement réservé à l'adulte. 4) L'âge jeune de survenue des tumeurs, le pronostic réservé de certaines tumeurs, l'impossibilité d'en assurer le dépistage précoce et le risque pour les porteurs de mutations de développer plusieurs tumeurs primitives justifient que puisse être envisagé, dans les familles atteintes, un diagnostic prénatal.