John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Le point sur le syndrome d’épuisement professionnel des soignants ou burn out, en cancérologie Volume 91, numéro 9, Septembre 2004

Auteurs
Centre de lutte contre le cancer Paul Strauss, 3, rue de la Porte de l’Hôpital, BP 42, 67065 Strasbourg Cedex, Unité de psychologie, centre de lutte contre le cancer Paul Strauss, 3, rue de la Porte de l’Hôpital, BP 42, 67065 Strasbourg Cedex

Le syndrome d’épuisement professionnel, ou burn out a été décrit par les personnes engagées dans une relation d’aide à autrui. Les soignants en cancérologie – médecins et infirmières - peuvent en être atteints. Le burn out est une réaction à un stress chronique. Sont essentiellement retrouvés chez les soignants en cancérologie l’épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, à un degré moindre la diminution du sens de l’accomplissement personnel. Le burn out est surtout évalué par des auto-questionnaires. Les cancérologues semblent vulnérables au burn out et, selon des études, à un degré plus élevé que les médecins qui s’occupent du sida ou de soins palliatifs. Les raisons qui y prédisposent sont multiples : insuffisance de temps personnel, sentiment d’échec,… Il s’y ajoute des problèmes d’organisation et de relation dans l’équipe ou l’institution. Les approches préventives et thérapeutiques concernent l’individu (travail sur soi, hygiène de vie), l’équipe (amélioration de la communication) et l’institution (groupe de parole,…).