John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

La saga des inhibiteurs des histone-désacétylases : de la TSA au SAHA Volume 93, numéro 1, Janvier 2006

Auteurs
Laboratoire de pharmacologie antitumorale, Centre Oscar-Lambret, et Unité 524 Inserm, place de Verdun, 59045 Lille.

Les inhibiteurs des histone-désacétylases représentent une nouvelle classe de médicaments anticancéreux actuellement en développement. Ils ciblent une famille d’enzymes qui catalysent les modifications d’acétylation des histones, en partie des histones H2A, H2B, H3 et H4, situées dans la partie centrale du nucléosome. Cette unité fondamentale de la chromatine représente le premier niveau de compaction nucléaire de l’ADN. L’équilibre de l’acétylation des histones est assuré par les histone-acétyltransférases (HAT) et les histone-désacétylases (HDAC) qui jouent un rôle important dans la transcription des gènes. Des modifications des HDAC ont été identifiées au niveau de cellules tumorales et contribuent aux altérations des gènes retrouvées dans de nombreuses tumeurs. Les inhibiteurs des HDAC (HDACi) induisent une différenciation, un arrêt du cycle cellulaire et une apoptose des cellules tumorales et inhibent la croissance tumorale dans des modèles précliniques. Plusieurs classes d’HDACi structurellement différentes sont entrées en clinique et montrent une activité antitumorale intéressante sur différents types de tumeurs. Il est évident que, au vu de leurs effets biologiques, le développement de ces nouveaux agents anticancéreux s’impose. Dans cette revue sont exposées les principales molécules en développement clinique. Dans un proche avenir, il sera intéressant de définir les relations plus fines entre l’inhibition spécifique d’une ou de plusieurs HDAC et les effets antitumoraux des HDACi afin de définir une nouvelle génération d’inhibiteurs d’histone-désacétylases.