John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Imagerie multimodale pour la définition des volumes cibles en radiothérapie Volume 93, numéro 12, Décembre 2006

Auteurs
Service de radiothérapie oncologique et Unité d’imagerie moléculaire et de radiothérapie expérimentale (IMRE), Cliniques universitaires Saint-Luc, avenue Hippocrate, 10, B-1200 Bruxelles (Belgique)

La majorité des traitements curatifs en radiothérapie moderne sont réalisés selon des techniques dites conformationnelles tridimensionnelles. L’emploi de ces techniques vise un meilleur ciblage du tissu tumoral permettant à la fois une irradiation optimale de ce dernier et une moindre irradiation des organes sensibles environnants. À l’heure actuelle, la modalité d’imagerie de référence est la tomodensitométrie (TDM). Malheureusement, le manque de contraste intrinsèque est à l’origine d’une variabilité importante dans la délimitation des volumes cibles. Le risque encouru est double quant à l’évaluation de l’extension tumorale : soit elle est sous-estimée et la tumeur n’est pas correctement traitée, soit elle est surestimée et les tissus sains s’en trouvent exagérément irradiés. Des modalités d’imagerie alternatives telles que la résonance magnétique (IRM) ou la tomographie par émission de positons (TEP) sont théoriquement à même de pouvoir compenser le manque de contraste. Cependant, la combinaison des différentes images reste nécessaire et nécessite l’utilisation de techniques informatiques raffinées que nous passerons rapidement en revue. Nous dresserons ensuite un portrait des résultats cliniques rapportés jusqu’à présent dans la littérature internationale pour les tumeurs de la tête, du cou, du poumon, de l’œsophage, du col de l’utérus et les lymphomes. Nous terminerons par quelques recommandations générales pour l’intégration pratique de l’imagerie multimodale en planification radiothérapique.