John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Fotémustine (Muphoran®) chez 22 patients présentant des récidives de gliomes cérébraux de haut grade Volume 86, numéro 3, Mars 1999

Auteurs
Service de radiothérapie et d’oncologie médicale, CHU, Hôpital Morvan, 29609 Brest Cedex.

La fotémustine est une nitroso-urée de troisième génération caractérisée par l’adjonction au radical nitroso-urée d’un groupe amino-phosphonique permettant un coefficient de partage optimal et une meilleure pénétration cellulaire. Entre septembre 1988 et décembre 1997, 22 patients ont été traités par fotémustine au CHU de Brest pour des récidives inopérables ou incomplètement réséquées de tumeurs gliales de haut grade de l’encéphale. Le traitement comprenait trois injections de fotémustine à une semaine d’intervalle (100 mg/m2 à J1, J8 et J15) et, en cas de réponse ou de stabilisation, la poursuite de la fotémustine à la même dose mais tous les 21 jours seulement. Quatre patients ont présenté une réponse au traitement (18 %) et 6 une stabilisation de l’évolution (32 %). La toxicité essentielle a été hématologique (leucopénie et surtout thrombopénie) avec seulement une interruption de traitement pour leuconeutropénie et aucun décès toxique. La durée moyenne de réponse et/ou de stabilisation a été de 6,5 mois et la médiane de survie de 9,4 mois chez les patients répondeurs et/ou stabilisés et seulement de 5,0 mois en cas de progression sous chimiothérapie (médiane de survie pour l’ensemble des patients : 7,5 mois). Il existe par ailleurs une différence de survie en faveur des patients jeunes (âge < 50 ans avec médiane de survie = 11,8 mois) par rapport aux patients d’âge intermédiaire (50 à 60 ans avec médiane de survie = 6,8 mois ; p = 0,0282) ou aux patients âgés (> 60 ans avec médiane de survie = 5,8 mois ; p = 0,0634). Nous n’avons pas retrouvé, dans notre série, de différence de survie en fonction de l’état général des patients au départ. La fotémustine semble donc représenter une possibilité thérapeutique bien tolérée chez les patients présentant des récidives inopérables de tumeurs gliales malignes.