John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Facteurs pronostiques des neutropénies fébriles Volume 93, numéro 5, Mai 2006

Auteurs
Centre Léon-Bérard, 28, rue Laennec, 69008 Lyon, France

La neutropénie fébrile consécutive à l’administration d’une chimiothérapie constitue la complication la plus sérieuse des chimiothérapies cytotoxiques. En effet, son incidence est voisine de 6 à 8 %. La mortalité inhérente de ce type de complications varie de 0 à 40 % dans la littérature. Elle impose en général la mise en route d’une antibiothérapie systémique et le plus souvent la réhospitalisation du patient du fait du risque de décès par infection. Les neutropénies fébriles post-chimiothérapie sont donc responsables d’un surcoût important et d’une atteinte de la qualité de vie des patients traités par chimiothérapie. La disponibilité des facteurs de croissance hématologiques granulocytaires et les progrès de l’antibiothérapie ont profondément changé les pratiques médicales et la prise en charge de l’aplasie. Il paraît donc fondamental d’identifier les paramètres individuels corrélés à un risque accru de neutropénie fébrile. Cela permettra de proposer des stratégies thérapeutiques prophylactiques à des cohortes sélectionnées de patients, par exemple l’administration de facteurs de croissance hématopoïétiques. Il existe une susceptibilité individuelle au risque de neutropénie fébrile. Les paramètres cliniques et biologiques conditionnant cette susceptibilité individuelle ne sont encore que partiellement connus : le site de la tumeur et de ses métastases, la coexistence d’une infection active, une détérioration de l’état général, une malnutrition, un envahissement médullaire, l’âge et probablement l’intensité des traitements antérieurs, l’intensité de la chimiothérapie, les antécédents de neutropénie fébrile, le taux d’hémoglobine, de lymphocytes, de plaquettes, d’albumine, de LDH, de cytokines de l’inflammation avant la mise en route du traitement ont été décrits dans plusieurs modèles. Malheureusement, ces modèles sont souvent difficiles à utiliser en pratique courante car trop spécifiques. Le programme en cours Elypse est un modèle pronostique transversal dont le concept est de pouvoir être applicable à tous les patients quels que soient le stade de leur maladie et les traitements réalisés. L’incidence des neutropénies fébriles reste cependant faible pour la majeure partie des patients et des protocoles utilisés. Les facteurs de croissance granulocytaires ne devraient donc pas être prescrits en prophylaxie primaire (excepté pour les programmes de chimiothérapie à haut risque). Cela étant, les experts s’accordent pour certaines circonstances où les facteurs de croissance peuvent être indiqués. L’administration de facteurs de croissance en prophylaxie primaire doit être réservée aux patients à haut risque de neutropénies fébriles.