John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Everolimus (RAD001) et tumeurs solides : le point en 2008 Volume 95, numéro 12, décembre 2008

Auteurs
Département de médecine, service des innovations thérapeutiques précoces (SITEP), Institut Gustave-Roussy, Villejuif

Mammalian target of rapamycin (mTOR) est une sérine-thréonine kinase située en aval de la voie de signalisation phosphatidylinositol 3-kinase/Akt, qui joue un rôle essentiel dans la régulation des fonctions cellulaires de base, notamment de croissance et de prolifération cellulaire. Parmi les inhibiteurs de mTOR développés à ce jour, nous pouvons distinguer le compose oral RAD 001, ou everolimus (Novartis Pharma AG), qui est un dérivé hydroxyéthyl éther de la rapamycine. Cette molécule a montré une activité anti-angiogénique et antiproliférative importante in vitro ainsi que sur des modèles de xénogreffes de tumeur humaine. Plusieurs études de phase I, II et désormais de phase III mettent en évidence son activité antitumorale (comprenant des réponses tumorales et des stabilisations prolongées), dans un spectre tumoral étendu et en particulier chez les patients porteurs de cancer du rein métastatique. Ce nouvel agent présente un profil de tolérance acceptable : éruptions cutanées, stomatites, cytopénies et perturbations métaboliques transitoires et réversibles à l’arrêt du traitement. Ces données préliminaires prometteuses ont encouragé la poursuite de son développement dans différentes tumeurs solides. Nous passons en revue, dans cet article, l’essentiel des données disponibles à ce jour concernant ce nouveau traitement ainsi que ses futurs développements.