John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Etude comparative du granisétron per os et de l’ondansétron IV chez des patientes recevant une chimiothérapie pour un cancer du sein Volume 86, numéro 3, Mars 1999

Auteurs
Service de médecine interne et d’oncologie, Hôpital Saint-Antoine, Paris.

Dans une étude multicentrique, randomisée, ouverte, nous avons comparé deux stratégies antiémétiques : le granisétron par voie orale suivi du métoclopramide et l’ondansétron par voie intraveineuse (IV) suivi de l’ondansétron en comprimés (cp). Cent quatre-vingt-dix-huit patientes non prétraitées par chimiothérapie, porteuses d’un cancer du sein et recevant une chimiothérapie moyennement émétisante, ont été randomisées pour recevoir l’un ou l’autre des traitements suivants : soit le granisétron, 2 cp à 1 mg, en 2 prises, au jour 1 de la chimiothérapie, suivi d’une prise orale de 60 mg/j de métoclopramide à J2 et à J3 (schéma A), soit l’ondansétron 8 mg IV à J1, suivi d’une prise orale d’ondansétron de 8 mg toutes les 12 h à J2 et à J3 (schéma B). Nous avons comparé l’efficacité et la tolérance de ces deux traitements. Nous n’avons observé aucune différence statistique entre les deux traitements dans le contrôle des nausées et des vomissements aigus : 71 % des patientes traitées par le granisétron et 66 % des patientes traitées par l’ondansétron n’ont présenté aucun vomissement, ni nausées sévères à J1 et respectivement 49 % et 53 % des patientes n’ont présenté aucun épisode de nausées ni de vomissements à J1. Les deux schémas thérapeutiques se sont également montrés équivalents sur le contrôle des nausées et vomissements retardés. Enfin, le schéma A s’est révélé supérieur au schéma B dans le contrôle global des vomissements aigus et retardés avec 53 % des patientes du groupe A qui n’ont présenté aucun épisode de vomissements de J1 à J5, contre 37 % des patientes du groupe B (p = 0,022). Le granisétron par voie orale s’est donc montré aussi efficace que l’ondansétron IV dans la prévention des nausées et vomissements aigus après chimiothérapie moyennement émétisante. Le schéma granisétron par voie orale suivi du métoclopramide semble supérieur au schéma ondansétron IV puis oral dans le contrôle des vomissements retardés.