John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Éléments de réflexion sur une bonne stratégie d’utilisation de l’oxaliplatine en association au 5-fluoro-uracile et à ses dérivés chez les patients ayant un cancer colorectal métastatique Volume 93, supplément 2, Numéro spécial, Février 2006

Auteurs
Service d’oncologie médicale, hôpital Saint Antoine, 184 rue du Faubourg-Saint-Antoine, 75571 Paris Cedex 12

Le traitement du cancer colorectal métastatique a longtemps été limité au 5-fluoro-uracile (5FU). L’oxaliplatine et l’irinotecan ont ensuite été utilisés après la preuve de leur efficacité en seconde puis en première ligne. L’essai comparant le schéma 5FU-acide folinique-oxaliplatine (Folfox6) en première ligne puis 5FU-acide folinique-irinotecan (Folfiri) en seconde ligne à la séquence inverse n’a pas mis en évidence de différence significative de survie globale. Grâce à cette stratégie, une survie de plus de 20 mois a été observée dans les deux bras. L’essai Optimox1 consiste à comparer l’administration de Folfox4 jusqu’à la progression de la maladie, à un traitement séquentiel par Folfox7 suivi d’un entretien par 5FU-acide folinique et d’une réintroduction de Folfox7. Les résultats d’efficacité sont équivalents, validant le concept de séquences courtes de traitement par oxaliplatine suivies d’un entretien par 5FU et acide folinique. L’essai Optimox2 étudie la possibilité d’effectuer des pauses thérapeutiques après une chimiothérapie d’induction. Les associations de capécitabine et d’oxaliplatine de type Xelox sont également largement développées. Enfin, de nouveaux traitements ont vu le jour avec des résultats déjà très prometteurs en association avec la chimiothérapie conventionnelle : il s’agit des thérapies ciblées dirigées contre le récepteur à l’EGF ou contre le VEGF.