John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Combinaison d’anticorps anti-EGFR et anti-HER2 : un espoir dans le traitement du cancer du pancréas Volume 94, numéro 10, Octobre 2007

Auteurs
Centre de recherche en cancérologie de Montpellier (CRCM), Inserm U860 Immunociblage et radiobiologie en oncologie, Université Montpellier 1, Département de nutrition et d’oncologie digestive, Département de radiothérapie, CRLC Val d’Aurelle-Paul Lamarque, 34298 Montpellier

Le pronostic des tumeurs pancréatiques à un stade localement avancé reste, aujourd’hui encore, très sombre. Les traitements conventionnels de chimiothérapie montrant dans la majorité des cas un effet limité sur la survie globale, le développement de nouvelles thérapies est donc indispensable. Au vu de l’implication des récepteurs des facteurs de croissance, et particulièrement des récepteurs EGFR et HER2, dans le développement des tumeurs pancréatiques, il semble pertinent d’envisager de cibler ces molécules dans le cadre d’une immunothérapie. Au cours d’une étude préclinique, nous avons montré, dans différents types de carcinome, l’effet thérapeutique in vivo de l’association de deux anticorps humanisés utilisés en clinique, le matuzumab (anti-EGFR) et le trastuzumab (anti-HER2). Cette association d’anticorps a induit un fort ralentissement de la croissance tumorale associé à des réponses complètes dans deux modèles de carcinomes pancréatiques exprimant faiblement HER2 et un modèle ovarien. Suite à ces résultats précliniques, une étude clinique de phase II va être initiée dans les cancers du pancréas.