John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Aspects moléculaires des différents mécanismes de résistance au tamoxifène Volume 84, numéro 1, Janvier 1997

Auteurs
Laboratoire de recherche en oncologie, Centre Alexis-Vautrin, avenue de Bourgogne, 54511 Vandœuvre-les-Nancy, France.

Le tamoxifène est l’antiœstrogène le plus couramment utilisé dans l’hormonothérapie des cancers de sein. Cependant, bien que la proportion de tumeurs exprimant des récepteurs aux œstrogènes et résistantes d’emblée au traitement soit faible, de nombreuses tumeurs finissent par développer une résistance acquise après une première phase de réponse. Plusieurs mécanismes ont été proposés pour expliquer cette résistance mais aucun n’a pu vraiment être identifié comme une réelle explication de ces phénomènes de résistance. Les hypothèses mises en jeu sont liées à la cascade d’événements impliqués dans la transmission du signal faisant suite à la liaison du ligand sur le récepteur aux œstrogènes et concernent donc plusieurs niveaux : (1) la perte ou la mutation des récepteurs aux œstrogènes ; (2) des modifications des paramètres associés aux récepteurs ; (3) l’altération des estrogen response element ; (4) des niveaux élevés d’antiestrogen binding sites ; (5) l’altération du métabolisme et de la disponibilité du tamoxifène. La résistance au tamoxifène implique sans doute plusieurs phénomènes et de ce fait il serait nécessaire de poursuivre les études de façon à mettre en évidence les relations entre ces divers mécanismes.