John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Apport de la tomographie par émission de positons en radiothérapie Volume 94, numéro 1, Janvier 2007

Auteurs
CRLCC Oscar-Lambret, Département universitaire d’oncologie-radiothérapie, 3 rue Frédéric-Combemale, 59020 Lille, Université de Lille II, Lille, Département de médecine nucléaire, Hôpital Tenon-Cancer-Est, Paris, Département de médecine nucléaire, CRLCC Oscar-Lambret, Lille, Département d’imagerie médicale, CRLCC Oscar-Lambret, Lille, Département d’oncologie-radiothérapie, Institut Curie, Paris

Les avancées de l’imagerie médicale ont révolutionné les techniques de radiothérapie permettant désormais une meilleure épargne des tissus sains tout en assurant une couverture optimale du tissu tumoral. La tomographie par émission de positons (TEP) au [18F]-fluoro-2-déoxy-D-glucose (FDG) est l’imagerie fonctionnelle métabolique la plus largement utilisée en oncologie depuis ces dix dernières années. Elle a été rapidement intégrée dans le bilan de la maladie et la planification des traitements de nombreux cancers comme les carcinomes bronchiques. Ses limites dans les études initiales de planification de la radiothérapie étaient essentiellement liées aux problèmes de positionnement et d’immobilisation des patients ainsi qu’à l’enregistrement et au transfert d’images acquises en TEP et en tomodensitométrie (TDM) sur les consoles de planification des traitements. Le développement récent des machines combinées TEP-TDM, l’utilisation de nouveaux isotopes explorant intimement les tissus sains et tumoraux (déjà explorés dans la prédiction de la réponse aux traitements cytotoxiques) pourraient améliorer la définition et la différenciation des volumes pour une radiothérapie de précision. Ces nouveaux développements de l’imagerie métabolique, capables de caractériser l’évolution tumorale et la sensibilité du tissu sain pendant le traitement, constituent une voie de recherche dans l’individualisation des traitements. Dans cette revue nous discuterons l’apport de la TEP au FDG et des nouveaux traceurs dans une ère nouvelle, celle de la radiothérapie guidée par l’image.