John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Vieillissement et stress oxydant. Quels marqueurs potentiels ? Volume 59, numéro 4, Juillet - Août 2001

Auteurs
Laboratoire de biochimie métabolique et clinique, Faculté de Pharmacie, 4, avenue de l'Observatoire, 75270 Paris cedex 06
  • Page(s) : 453-9
  • Année de parution : 2001

La théorie radicalaire du vieillissement a été proposée par Harman en 1956 [1]. Depuis cette date, des marqueurs ont été mis au point afin de vérifier cette hypothèse. Le stress oxydant qui résulte, rappelons-le, d'un déséquilibre de la balance entre pro-oxydants et anti-oxydants, peut être évalué selon quatre approches principales faisant appel à la mesure : - des radicaux libres, - des systèmes anti-oxydants (enzymatiques et non enzymatiques), - des dommages créés par l'attaque des radicaux libres sur les principales cibles moléculaires biologiques (lipides, protéines, acides nucléiques), - de l'activité des systèmes de réparation de ces dommages. Dans le début de la décennie 90, de nombreux travaux ont été surtout consacrés aux systèmes anti-oxydants plasmatiques et érythrocytaires au cours du vieillissement. Toutefois, comme nous le verrons, il est difficile, au vu des résultats obtenus, de se faire une idée exacte de l'évolution de ces systèmes anti-oxydants au cours du vieillissement. Depuis quelques années, des recherches fondamentales ont été ciblées sur les dommages créés par les radicaux libres vis-à-vis des principales cibles moléculaires biologiques. Elles ont abouti à l'identification de plusieurs marqueurs intéressants. Certains d'entre eux sont actuellement transférables aux liquides biologiques (sang et urine), d'autres non. Cette revue a pour principal objet de faire le point sur ces nouveaux marqueurs, et de préciser leur intérêt dans l'étude du vieillissement chez l'homme. Notons que la mesure directe des radicaux libres est extrêmement délicate en raison de leur très courte durée de vie. Par ailleurs, les systèmes de réparation des dommages oxydatifs font actuellement l'objet de recherches fondamentales et ne peuvent encore être applicables à des études cliniques.