JLE

Annales de Biologie Clinique

MENU

Dépistage de la maladie cœliaque, par les anticorps anti-endomysium, chez des patients ayant une polyarthrite rhumatoïde Volume 81, numéro 6, Novembre-Décembre 2023

Illustrations


  • Figure 1.

  • Figure 2.

Tableaux

Auteurs
1 Laboratroy of Immunology, Farhat Hached University Hospital, Rue Ibn El Jazzar Sousse Tunisie
2 Immunologie, University of Monastir, Tunisia
3 Hematology, Hôpital Sahloul, Tunisia
* Correspondence : M. Ghozi

Contexte et objectifs

La maladie cœliaque (MC) et la polyarthrite rhumatoïde (PR) sont deux maladies auto-immunes inflammatoires chroniques multifactorielles. Les objectifs de cette étude sont de déterminer la fréquence des anticorps anti-endomysium (AAE) chez des patients atteints de PR et d’essayer d’expliquer l’association entre ces deux pathologies.

Patients et méthodes

L’immunofluorescence indirecte a été utilisée pour détecter les anticorps anti-endomysium d’isotype IgA (AAE) chez 215 patients atteints de PR et recrutés sur une période de 4 ans. Deux mille cinq cents donneurs de sang sains ont servi de groupe témoin.

Résultats

Parmi les 215 patients atteints de PR, 12 (9 femmes) avaient les AAE alors que seulement 7 ont été testés positifs pour les AAE dans le groupe témoin, les AAE étaient significativement plus fréquents chez les patients atteints de PR que dans le groupe contrôle (5,58 % contre 0,28 %, p < 10-6 ; IC95 % [8,21-54,01] ; odds ratio : 21,05). La fréquence des AAE était significativement plus élevée chez les patientes que chez les femmes saines (5,32 % vs. 0,40 %, p < 10-3).

Conclusion

Les patients atteints de PR peuvent être considérés comme un groupe à haut risque de MC en se basant sur la positivité en AAE observée dans notre étude.