John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Revue des facteurs nutritionnels dans la Covid-19 : qu’en est-il des micronutriments ? Volume 80, numéro 4, 2022-07-01

Auteurs
pour le Groupe de Travail de la SFBC « Marqueurs biochimiques de Covid-19 »
1 CBAPS, UM Pharmaco-Tox, Laboratoire Analyse de Trace et Métaux Toxiques, CHU Lyon, France
2 Service de Biochimie, Groupe Hospitalier Pellegrin, CHU de Bordeaux, France
3 U1312 BRIC Inserm-Université de Bordeaux, France
4 U1211 Inserm-Université de Bordeaux, France
5 Laboratoire de biochimie hormonale, Métabolique et Nutritionnelle, Service de Biochimie, CHU Grenoble-Alpes, France
6 Laboratoire de biochimie métabolique et cellulaire, AP-HP, Paris, France
7 Service de biochimie et biologie moléculaire, Groupement hospitalier Sud, Hospices civils de Lyon, France
8 RMSB UMR5536 CNRS-Université Bordeaux, France
Correspondance : MC Beauvieux

Le statut nutritionnel est important pour protéger des infections virales. La dénutrition comme la malnutrition induisent des déficits en micronutriments, éléments-trace et vitamines nécessaires aux fonctions physiologiques et au fonctionnement du système immunitaire. Ces carences et les maladies infectieuses coexistent souvent en complexes interactions. Une évaluation de l’état nutritionnel en micronutriments des patients Covid-19 n’a pas été au centre des priorités face à l’urgence médicale et à l’absence de preuves directes et rapides des effets de supplémentation. Peu de recommandations ont émané des sociétés savantes par manque de preuves significatives des effets de supplémentations, avec une nécessité d’études robustes.

S’il est reconnu que les oligo-éléments essentiels et les vitamines sont nécessaires à la différenciation, l’activation et l’exécution de fonctions des cellules immunitaires, leur rôle spécifique reste encore à définir. Cette synthèse aborde dans la Covid-19 l’importance des micronutriments (sélénium, cuivre, zinc, vitamines C, D, A et groupe B) chez l’hôte pour tendre vers une optimisation de la réponse immunitaire aux infections.

En prévention primaire, en population générale, un équilibre nutritionnel reste central pour atteindre l’homéostasie des micronutriments, pour diminuer le risque des situations de déséquilibre et de fragilisation face à des situations sanitaires d’ampleur.