John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Signification pronostique de la méthylation de MGMT et l’expression de protéines MGMT, P53, EGFR, MDM2 et PTEN dans le glioblastome multiforme Volume 77, numéro 3, Mai-Juin 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4

Tableaux

Auteurs
1 Pathology department, Farhet Hached University Hospital, Sousse, Tunisia
2 Research Unit UR14ES17, Faculty of medicine, University of Sousse, Tunisia
3 Faculty of sciences and techniques of Sidi Bouzid, University of Kairouan, Tunisia
4 Higher institute of biotechnology of Monastir, University of Monastir, Tunisia
* Correspondence
  • Mots-clés : glioblastomes multiformes, méthylation du promoteur MGMT, expression de PTEN, pronostic, immunohistochimie
  • DOI : 10.1684/abc.2019.1448
  • Page(s) : 307-17
  • Année de parution : 2019

L’étude a examiné le pattern méthylation du promoteur MGMT et l’expression des protéines MGMT, P53, EGFR, MDM2 et PTEN dans les glioblastomes multiformes (GBM) et a évalué leur signification pronostique. Nous avons réalisé une étude rétrospective de 80 GBM. L’expression de MGMT ainsi que de P53, EGFR, MDM2 et PTEN a été étudiée par immunohistochimie. La méthylation du promoteur MGMT a été étudiée par PCR spécifique de méthylation de l’ADN modifié au bisulfite. Vingt-cinq GBM ont montré une expression de MGMT. La méthylation du promoteur MGMT a été détectée dans 35,1 % des cas. Aucune concordance significative n’a été identifiée entre la méthylation du promoteur MGMT et l’expression de MGMT (κ = -0,047, p = 0,11). La méthylation du promoteur MGMT était associée significativement à l’expression de PTEN (p = 0,001) : aucune autre association significative n’a été identifiée avec tous les paramètres cliniques ni avec l’expression de P53, EGFR et MDM2 (p > 0,05). La récidive tumorale était significativement associée au promoteur MGMT non méthylé (p = 0,01) mais pas à l’expression de MGMT (p = 0,51). La survie sans récidive était significativement meilleure chez les patients présentant un promoteur MGMT méthylé (log rank, p < 0,0001) et une expression de PTEN (log rank, p = 0,025) mais pas avec une expression de MGMT (log rank, p = 0,308). De plus, à l’aide d’une analyse univariée, la méthylation du promoteur MGMT (p = 0,001) et l’expression de PTEN (p = 0,044) étaient associées de manière significative à la RFS. En analyse multivariée, seule la méthylation du promoteur MGMT était associée de manière significative à la RFS (p = 0,003). Ensemble, nos résultats confirment que l’expression de MGMT ne reflète pas l’état de méthylation du promoteur MGMT. En outre, la méthylation du MGMT reste un marqueur pronostique utile des GBM chez les patients tunisiens. L’expression de PTEN pourrait être un marqueur pronostique potentiel de cette tumeur.