JLE

Annales de Biologie Clinique

MENU

Les nouveaux anticoagulants en 2024 : développement des inhibiteurs du facteur XI et du XIa Volume 82, numéro 1, Janvier-Février 2024

Illustrations


  • Figure 1.

  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Université Paris Cité, Innovative Therapies in Haemostasis, INSERM, 75006 Paris, France
2 Service d’hématologie, Assistance Publique Hôpitaux de Paris. Centre-Université Paris Cité (APHP.CUP), 20 rue Leblanc, 75015, Paris, France
3 Service de cardiologie, Assistance Publique Hôpitaux de Paris. Centre-Université Paris Cité (APHP.CUP), 20 rue Leblanc, 75015, Paris, France
4 INNOVTE, F-CRIN, Saint-Étienne, France
* Correspondance N. Gendron

La thrombose reste l’une des principales causes de décès dans le monde. L’histoire de l’anticoagulation a considérablement évolué, passant de médicaments non spécifiques (les héparines et les antivitamines K, AVK) à des molécules qui ciblent directement des facteurs de coagulation spécifiques (l’argatroban, le fondaparinux et les anticoagulants oraux directs, AOD). Au cours des dix dernières années, les AOD se sont imposés dans l’arsenal thérapeutique grâce à leur facilité d’administration, leur profil pharmacologique favorable et au fait qu’ils ne nécessitent pas de surveillance biologique. Les AOD présentent un profil de tolérance plus satisfaisant que celui des antagonistes de la vitamine K. Cependant, le risque de survenue d’événements hémorragiques subsiste et constitue un effet indésirable redouté. De nouveaux anticoagulants ciblant la phase contact de la coagulation sont actuellement en développement et pourraient permettre de prévenir le risque thrombotique sans altérer l’hémostase physiologique, réduisant ainsi le risque hémorragique. Les données observationnelles et précliniques sur le déficit en facteur XI (FXI) en font une cible thérapeutique prometteuse. L’objectif de cet article est de passer en revue les résultats des différents essais cliniques disponibles à ce jour, qui se focalisent sur l’inhibition du FXI/FXIa, et de mettre en évidence les défis auxquels cette nouvelle classe thérapeutique d’anticoagulants devra faire face.