JLE

Annales de Biologie Clinique

MENU

Les dispositifs délocalisés de dosage des D-dimères dans l’exclusion de la maladie thromboembolique veineuse : une analyse critique Volume 81, numéro 5, Septembre-Octobre 2023

Auteurs
1 Laboratoire d’Hématologie Biologique, Université de Poitiers, CHU de Poitiers, 2 rue de la Milétrie, 86000 Poitiers, France
2 Laboratoire d’hématologie, Centre Hospitalier Annecy Genevois, 1 avenue de l’Hôpital, 74370 Epagny Metz-Tessy, France
3 Laboratoire d’hématologie, CHU de Bordeaux, Hôpital Haut-Lévêque, Avenue de Magellan, 33604 Pessac Cedex, France
4 Laboratoire d’hématologie, CHU Brest, Boulevard Tanguy Prigent, 29200 Brest, France
5 Département de Médicine d’Urgence, UNIV Angers, UMR MitoVasc CNRS 6015 – INSERM 1083, Equipe CARME, CHU d’Angers, 4 rue Larrey, 49000 Angers, France
6 Service d’hématologie biologique, CHU de Clermont-Ferrand, 1 place Lucie-Aubrac, 63003 Clermont-Ferrand, France
7 Laboratoire d’hématologie biologique, CHU Nancy, rue du Morvan, 54511 Vandœuvre-lès-Nancy
* Correspondance : F. Grand

Les D-dimères délocalisés offrent une alternative aux tests ­conventionnels de laboratoire dans l’exclusion de la maladie thromboembolique veineuse (MTEV). Cette revue critique du groupe de travail « CEC et biologie délocalisée » de la Société Française de Thrombose et d’Hémostase a pour objectif de présenter les caractéristiques de six dispositifs de dosages ­délocalisés des D-dimères disponibles en France en 2023. L’article souligne la nécessité de définir des seuils d’exclusion de la MTEV spécifiques à chaque technique, et validés par des études cliniques. Les données actuelles sont insuffisantes pour valider l’utilisation des seuils proposés par les fournisseurs et les adapter à l’âge du patient. L’article aborde le rôle du biologiste dans la justification d’une mise en place d’un test délocalisé de D-dimères sur la base de critères objectifs, comme la disponibilité et le délai de rendu de tests conventionnels. Il doit encourager une pratique raisonnée des prescriptions, limitées aux ­situations de suspicion faible de maladie thromboembolique veineuse après une estimation de la probabilité clinique en référence aux recommandations nationales et internationales.