John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Les caroténoïdes : 1. Métabolisme et physiologie Volume 57, numéro 2, Mars - Avril 1999

Auteurs
Laboratoire de biochimie B, CHU, CO34, 54035 Nancy

Les caroténoïdes sont une famille de pigments contenant au moins 600 membres. Parmi ceux-ci, environ une cinquantaine fait partie de notre alimentation et une vingtaine a été détectée dans le sang et les tissus, c’est à ces derniers que nous nous intéresserons. Les caroténoïdes dérivent par cyclisation, déshydrogénation, oxydation d’un caroténoïde linéaire, le lycopène. La structure des caroténoïdes détermine leurs caractéristiques et leurs propriétés physicochimiques et, dans une certaine mesure, leur activité biologique. Il n’y a pas, pour l’instant, d’apports minimaux journaliers recommandés officiellement. Les apports sont difficiles à calculer car les méthodes d’analyse, ayant servi à l’établissement des premières tables alimentaires, n’étaient pas suffisamment spécifiques et sensibles ; de plus, la teneur en caroténoïdes des aliments varie en fonction de la saison, du lieu de culture, etc. L’absorption du beta-carotène a été bien étudiée, la connaissance de celle des autres caroténoïdes est plus parcellaire. L’absorption va dépendre de leur disponibilité à partir des sources alimentaires, de leur solubilisation micellaire. L’absorption intestinale s’effectue par un mécanisme de diffusion passive, puis les caroténoïdes suivent le métabolisme des chylomicrons ; ils sont donc captés par le foie et sécrétés dans les VLDL. Les caroténoïdes ayant un ou des noyaux beta-ionones non substitués (alpha et beta-carotène, beta-cryptoxanthine) sont des précurseurs de la vitamine A, le beta-carotène tout trans est le meilleur précurseur. Les étapes de la synthèse de la vitamine A comportent encore quelques inconnues. La transformation, dans l’organisme, des caroténoïdes qui n’ont pas d’activité provitamine A est mal connue. A côté de leur activité provitamine A, les caroténoïdes assurent bien d’autres fonctions. Ils ont une activité antiradicalaire, ils sont des piégeurs efficaces de l’oxygène singulet. Ils protègent in vitro les LDL de la peroxydation. Mais, en revanche, les résultats in vivo sont contradictoires Ils augmentent la communication intercellulaire (gap junction) ; ce sont des immunomodulateurs, ils agissent sur l’activité d’enzymes impliquées dans la cancérogenèse.