John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Leptine, adiponectine, syndromes lipodystrophiques et d’insulino-résistance sévère Volume 78, numéro 3, Mai-Juin 2020

Auteurs
Corinne Vigouroux Pour le groupe de travail RIHN Adipokinesa 1 2 3
1 Sorbonne Université, Inserm UMR_S 938, Centre de recherche Saint-Antoine, Institut hospitalo-universitaire de cardio-métabolisme et nutrition (ICAN), Paris, France
2 Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, Hôpital Saint-Antoine, Centre national de référence des pathologies rares de l’insulino-sécrétion et de l’insulino-sensibilité (PRISIS), Service d’endocrinologie, diabétologie et endocrinologie de la reproduction, Paris, France
3 Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, Hôpital Saint-Antoine, Laboratoire commun de biologie et génétique moléculaires, Paris, France
4 Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, Hôpital Tenon, Service de biochimie et hormonologie, UF Bio-marqueurs inflammatoires et métaboliques, Paris, France
5 Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, Hôpitaux universitaires Henri Mondor, Département de biochimie-pharmacologie-biologie moléculaire-génétique médicale, Créteil, France
* Correspondance
a Membres du groupe de travail RIHN Adipokines : Jean-Philippe Bastard, Jacqueline Capeau, Rim Charchour, Christine Collet, Charlotte Cuerq, Diane Dufour-Rainfray, Soraya Fellahi, Annelise Genoux, Jean Guibourdenche, Isabelle Jéru, Jean-Marc Lacorte, Gilles Morineau, Camille Vatier, Corinne Vigouroux

La leptine et l’adiponectine sont deux adipokines actuellement utilisées comme biomarqueurs d’orientation diagnostique et de phénotypage dans les syndromes lipodystrophiques et les syndromes d’insulino-résistance sévère. Les valeurs de ces biomarqueurs ont également un impact sur la prise en charge thérapeutique des patients. Ces aspects, ainsi que notre expérience comme centre référent national, sont décrits dans cette brève mise au point.