John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Génétique des anévrismes de l’aorte thoracique Volume 80, numéro 4, 2022-07-01

Illustrations

  • Figure 1.
  • Figure 2.
  • Figure 3.
Auteurs
1 Département de génétique, APHP, Hôpital Bichat, Paris
2 Université Paris Cité, Inserm U1148 Laboratory for Translational Vascular Research, Paris
Correspondance : P. Arnaud

L’anévrisme de l’aorte thoracique correspond à la dilatation de la partie ascendante de l’aorte pouvant aller jusqu’à la dissection (TAAD pour Thoracic Aortic Aneurysm and Dissection), voire la rupture aortique. Les étiologies sont diverses mais dans environ 20 % des cas, l’origine est génétique. Une trentaine de gènes au total ont été rapportés comme étant responsables du développement de TAAD. La majorité de ces gènes codent pour des protéines impliquées dans la matrice extracellulaire, la contraction des cellules musculaires lisses ou la voie de signalisation du facteur de croissance TGF-β. Identifier le variant pathogène responsable de la maladie aortique permet de poser un diagnostic définitif, d’orienter, voire de personnaliser la prise en charge des patients et permet le dépistage des apparentés à risque. La disponibilité et l’accès aux tests génétiques se sont considérablement améliorés avec le développement de nouvelles techniques de séquençage (NGS pour Next Generation Sequencing) et l’utilisation de panels de gènes. Cette revue résume les principaux gènes associés aux TAAD, ainsi que la stratégie diagnostique actuelle.