John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Estimation de la concentration en apixaban et en rivaroxaban par l’activité anti-Xa héparine en contexte d’activité régionale de télé-AVC Volume 81, numéro 3, Mai-Juin 2023

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

Tableaux

Auteurs
1 CHU Bordeaux, Laboratoire Hématologie, CHU Haut-Lévèque, Avenue Magellan, 33600 Pessac, France
2 CHU Bordeaux, Unité Neurovasculaire, Bordeaux, France
3 Hôpital Sud Gironde, Laboratoire, Langon, France
4 Hôpital Arcachon, Laboratoire, La Teste de Buch, France
5 Exalab, Laboratoire, Bordeaux, France
6 Accolab, Laboratoire, Lesparre-Medoc, France
* Correspondance : C. Delassasseigne

Introduction : Les neurologues du CHU de Bordeaux sont sollicités pour prescrire une thrombolyse par télémédecine (téléthrombolyse) aux patients victimes d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) sous anticoagulant admis dans les centres périphériques de la région Nouvelle-Aquitaine. Cependant, en raison du risque hémorragique, la concentration maximale d’anticoagulants oraux directs (AOD) autorisant la thrombolyse est de 30, 50 ou 100 ng/mL (seuils différents en fonction des sources et du rapport bénéfice/risque du patient). Les dosages spécifiques des AOD ne sont parfois pas disponibles dans ces centres périphériques. Nous avons donc testé si l’activité anti-Xa de l’héparine non fractionnée (HNF), disponible dans la plupart des laboratoires, pourrait être utilisée pour estimer la concentration en AOD.

Méthodes : Cinq centres ont été inclus dans notre étude : trois utilisant le réactif Liquid Anti-Xa HemosIL® Werfen et deux utilisant le réactif STA-Liquid Anti-Xa®. Pour chaque réactif, nous avons étudié la corrélation entre les activités anti-Xa AOD et HNF. Des courbes de correspondance ont été établies et des cut-offs d’anti-Xa HNF correspondant aux seuils respectivement de 30, 50 et 100 ng/mL d’AOD ont été déterminés.

Résultats : Au total, 1 455 plasmas ont été testés. Il existe une excellente corrélation entre les activités anti-Xa AOD et HNF en utilisant une courbe de modélisation du troisième degré, quel que soit le réactif utilisé. Cependant, une importante variabilité inter-réactif est observée concernant les cut-offs obtenus.

Conclusion : Notre étude rend inadaptée l’utilisation d’un cut-off d’activité anti-Xa universel. Contrairement à ce que préconisent certaines publications, les cut-offs d’anti-Xa HNF doivent être adaptés au réactif utilisé localement par le laboratoire, et à l’AOD considéré.