John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Détection des auto-anticorps antithyroïdiens dans le LCR par technique d’immunofluorométrie (FEIA) : application au diagnostic biologique de l’encéphalopathie d’Hashimoto Article à paraître

Auteurs
1 Laboratoire d’immunologie et immunopathologie, Centre Hospitalier Universitaire de Caen, France
2 Service de neurologie, Centre Hospitalier Universitaire de Caen, France
3 Laboratoire de biochimie, Centre Hospitalier Universitaire de Caen, France
4 Université de Caen Normandie, Caen, France
5 Inserm U1237, Physiopathology and Imaging of Neurological Disorders, Caen France
* Correspondance

L’encéphalopathie d’Hashimoto (EH) est une pathologie rare sous diagnostiquée s’exprimant par une hétérogénéité de symptômes neurologiques. Elle est associée à la présence de taux élevés d’anticorps antithyropéroxydase (TPO) et/ou antithyroglobuline (TG) dans le sang et le liquide céphalo-rachidien (LCR). Peu de techniques sont validées pour doser ces anticorps dans le LCR. Notre objectif a été d’adapter au LCR la technique de dosage sérique FEIA (Fluorescent-Enzyme Immuno Assay) de l’analyseur PhadiaTM 250 (EliATM, ThermoFisher Scientific) et d’évaluer ses performances. Les seuils de détection et de quantification pour chaque auto-anticorps ont été déterminés. Nous avons comparé cette technique à notre technique ELISA (Blanchin S. 2007) (concordance de 75 % et de 100 % pour les anti-TPO et les anti-TG respectivement), calculé les coefficients de variation (CV) intra- et inter-essais et l’incertitude de mesure. Notre étude montre que la technique FEIA adaptée au LCR, a une bonne corrélation avec la technique ELISA et de bonnes performances analytiques. La disponibilité de cet analyseur dans de nombreux laboratoires la rend facilement applicable au diagnostic de l’EH.