John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Contamination des urines prélevées pour examen cytobactériologique : situation dans un centre hospitalier universitaire au Maroc Volume 78, numéro 2, Mars-Avril 2020

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4

Tableaux

Auteurs
Université Mohammed Premier, Oujda, Maroc ; Faculté de médecine et de pharmacie, Laboratoire de microbiologie, Centre Hospitalier Universitaire Mohammed VI, Oujda, Maroc
* Correspondance

L’étape préanalytique de l’examen cytobactériologique des urines (ECBU) est l’une des plus critiques en microbiologie. Les objectifs de notre étude étaient de déterminer le taux de contamination des urines et de décortiquer les facteurs qui favoriseraient ceci pour proposer des solutions à cette problématique. Méthode : C’est une étude descriptive de 26 mois incluant toutes les demandes d’ECBU adressées à notre laboratoire. Les urines étaient traitées conformément aux recommandations du référentiel en microbiologie médicale. Les urines étaient considérées comme contaminées en cas de culture polymorphe à au moins trois différents types de germes avec un dénombrement à partir 103 UFC/mL. Résultats : Nous avons colligé 16 412 demandes d’ECBU. Les urines étaient contaminées dans 4 830 cas (29,43 %). Parmi les urines contaminées, 39,23 % (n = 1 895) émanaient des services des urgences, 79,44 % (n = 3 837) étaient prélevées au milieu du jet, 69,83 % (n = 3 373) émanaient d’une patiente de sexe féminin et 16,34 % (n = 789) provenaient d’enfants âgés de moins de 5 ans. Discussion et conclusion : Pour réduire la contamination des urines, des dispositions écrites décrivant les modalités de prélèvement devraient être disponibles et les prélèvements au milieu du jet et à travers les sacs adhésifs collecteurs devraient être remplacés par les prélèvements par ponction sus-pubienne chez les enfants chaque fois que le rapport bénéfice/risque de cette méthode est favorable.