John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Association entre l’indice de masse corporelle et les paramètres spermatiques, étude rétrospective réalisée de janvier 2015 à septembre 2021 Article à paraître

Illustrations


  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 Interne en gynécologie médicale, FST médecine et biologie de la reproduction andrologie, 25 bis rue du Jard, 51100 Reims
2 CHU Reims, Centre de biologie de la reproduction, CECOS, Hôpital Maison Blanche, 45 Rue Cognacq-Jay 51092 Reims, France
3 CHU Reims, service de gynécologie obstétrique, hôpital maison blanche, 45 rue Cognacq-Jay 51092 Reims, France
* Correspondance : C. Pierrot

De plus en plus de couples rencontrent des difficultés à concevoir spontanément et ont recours aux consultations d’aide médicale à la procréation (AMP). Ces dernières années ont montré une baisse progressive de la qualité spermatique, parallèlement à une augmentation de l’obésité. La littérature retrouve des résultats contradictoires concernant l’influence de l’indice de masse corporelle (IMC) sur les paramètres spermatiques. L’objectif de cette étude est d’analyser l’association entre l’IMC et les paramètres spermatiques. Il s’agit d’une étude observationnelle, rétrospective réalisée à partir des spermogrammes réalisés au CHU de Reims de janvier 2015 à septembre 2021. Il a été recueilli les données de 1 655 patients répartis en cinq groupes d’IMC. Il a été observé que les patients atteints d’obésité de grade 2 et 3 ont significativement plus de risques d’avoir une numération spermatique pathologique (p : 0,0038), ainsi que d’avoir une vitalité spermatique pathologique (p : 0,012). La mobilité spermatique ne semble pas être influencée par l’indice de masse corporelle des patients. Concernant les patients en sous-poids, cette étude nous a permis de démontrer que la morphologie des spermatozoïdes est influencée (p : 0,013). La morphologie spermatique est également impactée dans les groupes surpoids et obésité. Il est nécessaire d’informer les couples sur l’impact de l’obésité sur la fertilité et de les accompagner dans une modification de leur mode de vie ; dans le but d’améliorer le spermogramme, les chances de grossesse spontanée et les résultats en AMP.