John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

Résistance du VIH aux inhibiteurs de protéase Volume 5, numéro spécial 6, Numéro spécial, Décembre 2001

Auteur
Unité de recherche antivirale, Inserm U552, IMEA, Hôpital Bichat-Claude-Bernard, 75018 Paris

La résistance du VIH aux inhibiteurs de protéase est un des principaux problèmes qui se posent chez les patients dont l'infection échappe aux traitements antirétroviraux combinés. Elle est la conséquence de substitutions d'acides aminés dans la protéase, situées soit dans le site actif de l'enzyme, soit à distance. Une accumulation séquentielle de plusieurs mutations est le plus souvent requise pour qu'apparaisse un niveau élevé de résistance. Avec l'accentuation de la résistance apparaît également une large résistance croisée à la plupart des inhibiteurs de la même classe. Le profil de résistance croisée aux inhibiteurs de protéase est souvent complexe et imprévisible et l'orientation des choix thérapeutiques de relais est souvent difficile, en dépit des tests de résistance génotypiques ou phénotypiques. Une caractéristique importante de la résistance du VIH aux inhibiteurs de protéase est l'impact que cette résistance semble avoir sur la capacité réplicative (fitness) du virus. Même si la perte de cette capacité est maintenant bien établie virologiquement, on manque encore de recul et d'éléments pour juger clairement de ses implications physiopathologiques et pour en tirer des conclusions valides en pratique clinique.