John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

Les vecteurs AAV pour le transfert de gène in vivo ou comment un petit virus devient grand Volume 17, numéro 5, Septembre-Octobre 2013

Auteurs
CIRI Inserm U1111, CNRS UMR5308, équipe NucléoVir, 46, allée d’Italie, 69007 Lyon, France, École normale supérieure de Lyon, 46, allée d’Italie, 69007 Lyon, France, Université Lyon-I, 69622 Villeurbanne, France

Parmi les vecteurs viraux, ceux qui dérivent du parvovirus humain Adéno-Associé (AAV) sont peu à peu apparus, au cours des deux dernières décennies, comme des outils extrêmement efficaces pour le transfert de gène in vivo. La relative simplicité du génome de l’AAV sauvage, son caractère non pathogène et sa capacité à infecter une grande variété de types cellulaires et d’espèces animales ont grandement contribué au succès de ce vecteur viral dans le domaine du transfert de gène. Cependant, le développement et l’optimisation de ces vecteurs a aussi requis un effort important en vue d’une meilleure connaissance du virus AAV sauvage, qui était resté relativement peu étudié depuis sa découverte dans les années 1960. Cette revue présente les principales propriétés du virus AAV sauvage et des vecteurs AAV recombinants qui en dérivent et a pour objectif de montrer comment une connaissance accrue de la biologie de l’AAV a conduit les vecteurs AAV à dominer progressivement le domaine du transfert de gène in vivo.