John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

Les rétrovirus leucémogènes murins : pathogènes, gènes et outils génétiques Volume 5, numéro 4, Juillet - Août 2001

Auteurs
Institut de génétique moléculaire, UMR 5535, IFR 24, 1919, route de Mende, 34293 Montpellier Cedex 5

Les rétrovirus leucémogènes murins (MLV) existent sous des formes endogènes généralement très remaniées transmises verticalement dans la lignée germinale, et sous des formes exogènes infectieuses transmises horizontalement. Des rétrovirus apparentés aux MLV et infectieux pour leurs hôtes sont retrouvés dans d'autres espèces, y compris oiseaux et primates, témoignant de la possibilité d'une transmission horizontale de ce type de virus entre espèces éloignées. Du fait de la diversité des modèles d'infection et de pathogenèse in vivo utilisant les MLV, ces virus ont aidé à l'approfondissement de nos connaissances sur la régulation de l'expression des gènes eucaryotes, la physiopathologie virale et la différenciation cellulaire. De plus, étant donné que la réplication du génome ARN rétroviral comprend la synthèse et l'intégration d'un provirus ADN dans le génome cellulaire, les MLV sont devenus des outils précieux aussi bien en embryologie qu'en génétique des populations. Plus récemment, les stratégies de transfert de gènes, y compris thérapeutiques, ont abondamment bénéficié des travaux sur les MLV. Dans cette revue, nous avons cherché à fournir un spectre large mais précis d'éléments de la connaissance actuelle sur la réplication et la pathogenèse des MLV, et recensé certains aspects de leur utilisation comme vecteurs en thérapie génique.