John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

Les Parechovirus : biologie, épidémiologie et diagnostic Volume 7, numéro 1, Janvier - Février 2003

Auteurs
UMR-CNRS 5537 et Centre national de référence pour les Entérovirus, Domaine Rockefeller, 69373, Lyon Cedex 08
  • Mots-clés : Parechovirus, classification, structure, pouvoir pathogène.
  • Page(s) : 41-50
  • Année de parution : 2003

La famille des Picornaviridae regroupe des virus à ARN monocaténaire de polarité positive, non enveloppés. L'accumulation récente des données obtenues à la suite du développement des techniques moléculaires a entraîné d'importantes modifications de la classification de cette famille particulièrement étudiée. A la lumière de ces informations, les Parechovirus humains de type 1 (anciens Echovirus 22) et de type 2 (anciens Echovirus 23), ainsi que le virus Ljungan récemment isolé de chauve-souris, ont été regroupés en 1999 sous le genre Parechovirus. Par ailleurs, une souche de Parechovirus humain de type 3 semble être en cours de caractérisation. Si aucun rôle étiologique précis ne leur a été attribué, ces agents pathogènes n'en demeurent pas moins associés à diverses maladies. Un des principaux freins à la caractérisation des Parechovirus tient au fait que le diagnostic d'une infection à Parechovirus ne peut être réalisé qu'à l'aide d'outils spécifiques. Une bonne connaissance des propriétés biologiques et de l'épidémiologie des Parechovirus, ainsi que des moyens de diagnostic s'avère dès lors nécessaire afin de limiter les risques de sous-estimation de leur pouvoir pathogène. Cette revue se propose donc de résumer les connaissances actuelles relatives à ces agents pathogènes.