John Libbey Eurotext

Virologie

Infections humaines par les virus influenza A(H7N9) : émergence des virus, évolution et risque pandémique Volume 21, numéro 6, Novembre-Décembre 2017

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3

Tableaux

Auteurs
1 Université de Lyon, Université Claude-Bernard–Lyon 1, Faculté de médecine Lyon-Est, ENS Lyon, CIRI, Inserm U1111, CNRS UMR5308, Virpath, 69372 Lyon, France
2 Hospices civils de Lyon, Centre national de référence virus influenzae France-Sud, Laboratoire de virologie, IAI, CBN, Groupement hospitalier nord, 69317, Lyon cedex 04, France
* Tirés à part : V. Escuret
  • Mots-clés : virus influenza aviaire A(H7N9), Chine, syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA), exposition à la volaille, transmission interhumaine limitée
  • DOI : 10.1684/vir.2017.0712
  • Page(s) : 255-65
  • Année de parution : 2017

Depuis 2013, les virus influenza aviaires A(H7N9) se sont propagés en Chine causant cinq vagues épidémiques (1557 cas humains recensés, 605 décès). Les virus A(H7N9) ont émergé suite au réassortiment de plusieurs virus aviaires : les gènes internes proviennent notamment de virus A(H9N2) circulant chez les volailles. Les tableaux cliniques sont sévères avec pneumonie (> 80 %) et évolution rapide vers le syndrome de détresse respiratoire aiguë ; mais des études de séroprévalence suggèrent de possibles formes modérées. Les formes graves touchent principalement des patients âgés ou ayant des co-morbidités. L’infection survient après contact avec des volailles vivantes infectées et environ 10 % des virus analysés présentent des mutations de résistance à l’oseltamivir. Les virus A(H7N9) sont faiblement pathogènes chez les volailles rendant la surveillance difficile. Dernièrement, une insertion de quatre acides aminés basiques dans le site de clivage de l’hémagglutinine (HA) a été détectée suggérant une évolution possible vers des virus hautement pathogènes. Malgré une liaison de la H7 aux acides sialiques ɑ2,3 et ɑ2,6, des études en modèles furets montrent une transmission limitée par voie respiratoire, cohérente avec l’absence de transmission interhumaine soutenue. Les virus A(H7N9) ont un potentiel pandémique et font donc l’objet d’une surveillance rapprochée.