John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

Étude de la sensibilité de l‘herpèsvirus humain 6 aux antiviraux par la technique de PCR en temps réel Volume 7, numéro 4, Juillet 2003

Auteurs
Laboratoire de virologie du CERVI, UPRES EA2387, Groupe hospitalier Pitié‐Salpêtrière, 83 boulevard de l‘Hôpital, 75651 Paris Cedex 13. E‐mail : pascale.bonnafouspsl.ap‐hop‐paris.fr
  • Page(s) : 298-300
  • Année de parution : 2003

Le sixième herpès virus humain ou HHV6 a été découvert en 1986 et a été identifié en 1988 comme étant l‘agent responsable de l‘exanthème subit. C‘est un bétaherpèsvirus, génétiquement proche du cytomégalovirus humain (HCMV) et sa sensibilité aux antiviraux in vitro est similaire à celle de ce dernier. Avec une séroprévalence de plus de 90 % dans la population générale, la primo‐infection aussi bien que les réactivations sont le plus souvent asymptomatiques. Néanmoins, au décours d‘une immunodépression (greffe, sida), sa réactivation peut conduire à des infections opportunistes graves comme des pneumopathies, des encéphalites, des rétinites. Le HHV6 peut également être associé à des maladies à HCMV et, dans ce contexte, le traitement par des antiviraux actifs sur ce dernier peut inhiber sa réplication mais aussi faire émerger des mutants résistants. C‘est ce qui a été observé in vivo chez un patient traité longtemps au ganciclovir (GCV) et in vitro par la sélection d‘une souche résistante au GCV après exposition à ce médicament [1]. Il apparaît donc nécessaire d‘avoir une technique rapide et facile d‘étude de la sensibilité du HHV6 aux antiviraux in vitro, afin d‘effectuer des antivirogrammes de diverses souches et mieux comprendre les mécanismes de résistance.