John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

Estimation et comparaison des réductions de charge virale dans les essais cliniques du VIH1 Volume 8, numéro 5, septembre-octobre 2004

Auteur
Inserm U472, hôpital Paul Brousse, 16 avenue Paul-Vaillant-Couturier, 94807 Villejuif.

Les critères fondés sur l’amplitude de réduction de la charge virale plasmatique (ARN-VIH1) fournissent un complément important aux essais cliniques fondés sur l’échec virologique ou sur le pourcentage de patients au-dessous d’une valeur seuil. Cependant, cette amplitude n’est pas complètement observée si, au moment de l’évaluation de ce critère, le patient a une valeur sous la limite de quantification de la technique virologique (par exemple 400 copies/mL). La méthode naïve pour analyser de telles données définit toute valeur d’ARN-VIH1 au-dessous de la limite de quantification comme étant égale à la limite de quantification. Cette méthode est largement utilisée malgré la sous-estimation inhérente d’une telle méthode qui peut aussi mener à la sous-estimation de la différence de baisse de charge virale entre deux bras de traitement. Depuis, d’autres méthodes de survie pour l’analyse de données censurées ont été proposées pour estimer et comparer de telles réductions de charge virale. Toutes ces méthodes sont brièvement décrites ainsi que les procédures permettant de vérifier l’adéquation des modèles paramétriques pouvant être utilisés. Certaines méthodes permettent aussi de réaliser une analyse de sensibilité aux données manquantes. Toutes ces méthodes et procédures sont illustrées sur des données de deux essais récents : l’essai Novavir (ANRS 073) et l’essai Trianon (ANRS 081).