JLE

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Emissions atmosphériques de composés gazeux carbonés et azotés par les feux de bois du Sahel Volume 13, numéro 3, Septembre 2002

Auteurs
Université Abdou Moumouni, École normale supérieure de Niamey, BP 10963, Niamey, Niger.

Une campagne expérimentale s'est déroulée du 22 au 27 avril 1997 à Niamey (Niger) afin d'étudier les émissions des composés carbonés et azotés par les feux domestiques. Les combustions ont porté sur les cinq espèces de bois (Déligna, Gao, Kokorbé, Koubou et Sabara) couramment utilisées dans les régions sahéliennes et plus particulièrement au Niger. Pour reconstituer les conditions réelles d'utilisations, le bois est placé dans un foyer traditionnel « trois pierres » ou dans un foyer malgache, et une marmite est installée sur le feu. Afin de quantifier les composés émis, chaque phase de combustion a été caractérisée par son rapport d'émission, la température de pyrolyse et la vitesse de perte de masse. La combustion du bois se caractérise en phase du type flaming, par un faible rapport d'émission DELTACO/DELTACO2 (3,7 ± 1,9 %), une température élevée (814 ± 33 °C) et une perte de masse de 76 ± 22 g/min indiquant une bonne efficacité de combustion. Des tests comparant la combustion de bois dans deux types de foyers (trois pierres, malgache) montrent une combustion (DELTACO/DELTACO2 = 3,2 ± 1,1 %) pour le foyer traditionnel trois pierres meilleure que pour le foyer malgache (DELTACO/DELTACO2 = 9,3 ± 2,3 %). Les émissions de combustion de bois au Niger sont de 1,07 Tg de Carbone CO2 [C(CO2)], 0,1 Tg de carbone CO [C(CO)], et au Sahel de 6,6 Tg de carbone CO2, 0,5 Tg de carbone CO . Elles représentent entre 7 et 55 % des émissions des feux de savane et ne sont donc pas à négliger.