JLE

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

« Soins » et nutrition publique Volume 12, numéro 1, Janvier - Février 2002

Auteur
Institut de recherche pour le développement UR 106 « Nutrition, Alimentation, Sociétés », Centre collaborateur de l'OMS pour la nutrition, IRD, BP 64501, 34394 Montpellier Cedex 5, France.

Depuis une dizaine d'années, le cadre conceptuel pour la nutrition adopté au niveau international a fait apparaître, aux côtés de l'alimentation et de la santé, un troisième facteur sous-jacent : les soins. Soulignant le caractère interactif de la relation mère-enfant, le concept de soins rassemble les pratiques qui optimisent l'utilisation des ressources alimentaires et sanitaires pour la croissance et le développement de l'enfant. De bonnes pratiques de soins, en qualité comme en quantité, sont d'autant plus importantes que les conditions de vie sont défavorables. Six catégories sont reconnues : soins en direction des femmes, allaitement et alimentation du jeune enfant, soins psychosociaux, préparation des repas, pratiques d'hygiène, pratiques de santé. Des études complémentaires sur les liens entre soins et nutrition sont encore nécessaires et passent par la mise au point d'indicateurs adaptables d'un contexte culturel à l'autre. Dans toutes les sociétés, la mère constitue la principale ressource de soins ; c'est sur elle que pèsent la plupart des contraintes matérielles (temps, moyens) comme spirituelles (savoirs, cultures). Le statut des femmes dans la communauté est donc fondamental. Protéger les pratiques traditionnelles favorables, respecter l'équilibre entre soins et activités productives des femmes, privilégier une approche globale et participative sont les principes qui doivent guider l'introduction, encore trop rare, de composantes de soins dans les interventions nutritionnelles.