John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

La plagiocéphalie positionnelle a-t-elle des répercussions sur le besoin de traitement orthodontique et sur la symétrie mandibulaire et occlusale ? Volume 93, numéro 2, Juin 2022

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6

Tableaux

Auteurs
1 Département d’orthodontie, Faculté d’Odontologie, rue Guillaume Paradin, 69372 Lyon cedex 08, France
2 Centre de Traitements Dentaires, Hospices Civils de Lyon, 6-8 place Depéret, 69365 Lyon cedex 03, France
3 143 rue Baraban, 69003 Lyon, France
4 Médipôle Lyon-Villeurbanne, 158 Rue Léon Blum, 69100 Villeurbanne, France
5 56 rue de la République, 69150 Décines-Charpieu, France

 

Introduction : Les plagiocéphalies positionnelles (PP) sont caractérisées par un aplatissement asymétrique de la partie postérieure du crâne pouvant impliquer la partie frontale du crâne et la face. L’objectif de cet article était d’évaluer si les enfants et les adolescents atteints de PP ont davantage de dissymétries occlusales et squelettiques, et si le besoin de traitement orthodontique est plus important que dans la population saine. Matériel et méthode : Une étude épidémiologique transversale comparative a été menée. Cent enfants et adolescents ont été inclus : 50 dans le groupe PP et 50 dans le groupe témoin. Le besoin de traitement orthodontique a été évalué par l’Index of Orthodontic Treatment Need (IOTN). La dissymétrie squelettique et dentaire a été évaluée radiologiquement par deux indices : l’Index of Mandibular Asymmetry (IMA) et l’Index of Dental Asymmetry (IDA). Des tests d’indépendance du Chi2 et Student ont été effectués avec un seuil de 5 %. Résultats : L’IMA (p = 0,02) et l’IOTN (p = 0,000012) sont significatifs. L’IDA est non significatif. Discussion : Le traitement ortho-chirurgical des latéromandibulies par recentrage mandibulaire crée parfois une dissymétrie mandibulaire, alors que le décalage est basal. Il faudrait pouvoir agir précocement sur la voûte du crâne pour espérer obtenir un effet consécutif sur la base et donc sur la position des cavités glénoïdes. Une prise en charge par thérapies manuelles et orthèse crânienne précoce pourrait être évaluée. Conclusion : Le besoin de traitement orthodontique est significativement plus important en cas de PP. Contrairement à la dissymétrie mandibulaire, la dissymétrie dentaire n’est pas significativement plus importante que dans le groupe témoin, témoignant des capacités adaptatives de l’organisme.