John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Épaisseur d’os alvéolaire dans la zone du point A : savoir éviter les échecs parodontaux en regard des incisives maxillaires Volume 87, numéro 1, 88e réunion scientifique de la S.F.O.D.F., Marseille, 13–14 mai 2016

Auteurs
* Auteur pour correspondance : emilie_cassis@hotmail.com

Nombreuses sont les études sur les relations orthodontie/parodontie mais rares sont celles qui ont bénéficié de l’apport des nouvelles techniques d’imageries 3D et qui mettent en avant les effets iatrogènes que peut avoir l’orthodontie sur le parodonte. Les risques parodontaux en terme de fenestrations, de déhiscences osseuses en regard des incisives maxillaires sont réels pendant ou après un traitement orthodontique. D’ou l’importance d’évaluer précisément la situation initiale en terme de quantité d’os dans ce secteur esthétique d’arcade. Notre étude a eu pour objectif d’évaluer la fiabilité de la téléradiographie de profil conventionnelle pour quantifier l’épaisseur d’os alvéolaire en regard des incisives maxillaires en la comparant aux données issues du scanner. L’objectif second était de mettre en évidence un profil de patient dit « à risque » en évaluant les éventuelles corrélations entre cette épaisseur et des composantes de dysmorphie. Les résultats ont révélé une erreur d’évaluation de moitié quant à l’estimation de l’épaisseur d’os et un risque accru en cas d’hyperdivergence, de classe III et de proalvéolie. Enfin, compte tenu de ces résultats, nous avons abordé les conduites à tenir cliniquement pour éviter l’apparition de tels échecs parodontaux dans ce secteur d’arcade.