John Libbey Eurotext

Revue de neuropsychologie

MENU

Neuropsychologie du rythme musical : mécanismes et applications cliniques Volume 14, numéro 4, Volume 14, numéro 4, Octobre-Novembre-Décembre 2022

Illustrations


  • Figure 1.

  • Figure 2.

Tableaux

Auteurs
1 Université de Caen Normandie, PSL Université, EPHE, Inserm U1077, CHU de Caen, Neuropsychologie et imagerie de la mémoire humaine, GIP Cyceron, 14000 Caen, France <herve.platel@unicaen.fr>
2 Université de Lille, CNRS UMR 9193, SCALab – Sciences cognitives et sciences affectives, 59000 Lille, France
* Correspondance : H. Platel

Le rythme en musique est un objet qui peut être décomposé en plusieurs sous-composantes, et dont le traitement par le cerveau se fait dans des régions relativement distinctes en fonction du mode d’organisation (segmentation en groupes ou extraction d’une pulsation sous-jacente). Classiquement on distingue trois grands aspects du rythme : perceptif, moteur et affectif. Les travaux récents explicitent les liens évidents entre dimensions motrice et affectives, mais surtout ils précisent les interactions physiologiques entre cortex moteur et auditif, en particulier la présence de rythmes bêta dans le cortex auditif dont la modulation est corrélée à la présence de rythmes bêta dans les zones motrices. Les retombées de la compréhension de ces mécanismes ouvrent des perspectives nouvelles dans les propositions thérapeutiques en réhabilitation (suites d’AVC) et dans la prise en charge clinique des maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson.