John Libbey Eurotext

Revue de neuropsychologie

MENU

Le bilinguisme au-delà du langage : la thèse de la double personnalité Volume 6, numéro 3, Juillet-Août-Septembre 2014

Auteurs
1 Université de Fribourg, Unité de neurologie, Département de médecine, Laboratory for cognitive and neurological sciences, PER 09 (salle 2.106), 5, chemin du Musée, CH-1700 Fribourg, Suisse
2 Université de Fribourg, Département de Psychologie, Fribourg, Suisse
* Tirés à part
  • Mots-clés : bilinguisme, cognition, personnalité
  • DOI : 10.1684/nrp.2014.0308
  • Page(s) : 182-90
  • Année de parution : 2014

Les bilingues ont-ils une « double personnalité » ? Au-delà des nombreuses anecdotes personnelles, rapportées par des bilingues, qui semblent venir à l’appui de cette thèse, des recherches relativement récentes lui ajoutent également un certain crédit scientifique. Après avoir rappelé certaines caractéristiques du cerveau bilingue, nous examinons les données suggérant que la première (L1) ou la seconde (L2) langue d’un bilingue déterminent, selon l’usage et le contexte, des perceptions de soi, des attitudes culturelles, des réactions émotionnelles, des stéréotypes sociaux, des prises de décision et des jugements moraux différents. Le bilinguisme dépasse donc largement le seul domaine du langage ou de la communication, intégrant des facteurs culturels et individuels – notamment affectifs –, et modulant l’individu et son comportement dans un vaste registre. L’étendue de cette variabilité intra-individuelle reste à déterminer, de même que ses implications sociales, neuroscientifiques et cliniques.