John Libbey Eurotext

Revue de neuropsychologie

MENU

Contribution des neurosciences cognitives pour l’étude de l’impact des contaminants environnementaux sur le développement des fonctions cérébrales Volume 4, numéro 3, Juillet-Août-Septembre 2012

Auteurs
Centre de recherche, CHU Sainte-Justine. 3175, chemin de la Côte Sainte-Catherine, Montréal, Québec, Canada, H3T 1C5, École de psychologie, université Laval, pavillon Félix-Antoine-Savard, 2325, rue des Bibliothèques, Québec, Canada, G1V 0A6, Axe de recherche santé des populations et environnementale, centre de recherche du centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ), 2875 boul. Laurier, Bureau 600, Québec (Québec), Canada, G1V 2M2., Département de médecine sociale et préventive, faculté de médecine, 2180 chemin Sainte-Foy, université Laval, Québec (Québec), Canada, G1K 7P4, Department of Psychiatry and Behavioral Neurosciences, Wayne State University, 2751 E. Jefferson, Suite 460, Detroit, Michigan, MI 48207, United States, Département de psychologie, université du Québec à Montréal, 320 Sainte-Catherine Est pavillon JA. De Sève, local DS5775, Montréal, Québec, Canada. H2X 1L7, Département de psychoéducation, université de Montréal, C.P.6128, succursale Centre-ville, Montréal, Québec, Canada, H3C 3J7

Les études sur la neurotoxicité humaine associée à l’exposition chronique aux contaminants environnementaux ont surtout ciblé les fonctions cognitives telles que le quotient intellectuel ou la mémoire. Afin mieux comprendre les atteintes cérébrales associées à l’exposition prénatale et postnatale, nous avons utilisé des outils complémentaires issus des neurosciences cognitives dans une cohorte d’enfants inuits du nord du Québec, au Canada. Les associations entre les niveaux sanguins d’exposition mesurés à la naissance et au moment de l’évaluation et les fonctions cérébrales ont été estimées à partir d’analyses de régressions multiples. Des déficits comportementaux et cognitifs ont ainsi été observés à l’âge préscolaire et scolaire. À l’aide de méthodes psychophysiques et électrophysiologiques, nous avons aussi mis en évidence des déficits du traitement de l’information visuelle et de l’attention. Ces résultats soulignent l’importance de tenir compte de plusieurs niveaux du traitement de l’information lors de l’évaluation de la neurotoxicité développementale.