John Libbey Eurotext

Revue de neuropsychologie

Architectures des troubles phonético-phonologiques dans l’aphasie du français : des segments aux syllabes Volume 9, numéro 2, Avril-Mai-Juin 2017

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7

Tableaux

Auteur
Université de Nantes,
Département des sciences du langage,
Laboratoire de linguistique,
UFR lettres et langages,
UMR 6310,
Chemin de la Censive-du-Tertre,
BP 811227,
44312 Nantes cedex 3, France
* Correspondance
  • Mots-clés : aphasies, transformations phonético-phonémiques, phonologie, séquences consonantiques
  • DOI : 10.1684/nrp.2017.0420
  • Page(s) : 81-98
  • Année de parution : 2017

Cet article présente une analyse linguistique des troubles phonético-phonémiques dans l’aphasie du français à partir de l’observation des productions de 20 locuteurs aphasiques. Si la nature de l’aphasie engendre différents patterns d’erreurs et que certains contextes phonologiques sont particulièrement affectés, comme en témoignent des études préalables concernant les aphasiques de Broca et de conduction [1], nous revenons sur la nature de ces propositions à la lumière de nouvelles données et en offrons un approfondissement. La nature de ce contraste est étudiée à travers une tâche de dénomination chez des locuteurs souffrant d’une aphasie de Broca, de Wernicke, de conduction et d’une aphasie transcorticale sensorielle. Les paraphasies relevées chez ces locuteurs sont loin d’être aléatoires. Celles-ci se réduisent à cinq types : substitution, omission, épenthèse, métathèse et réduction totale. L’ensemble des résultats révèle une interaction entre segments, syllabes et position et questionne tant la phonologie que la neuropsycholinguistique. Cette recherche est donc animée par deux objectifs : d’une part, offrir une redéfinition des contextes phonologiques principalement affectés et en fournir une explication dans le cas de l’aphasie, et, d’autre part, observer et comprendre si et comment l’application de stratégies de réparation dans la forme sous-jacente dépend de la nature de l’aphasie.