John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Médecine de la reproduction, gynécologie et endocrinologie

Micronutrition et troubles de la fertilité féminine : quels sont les éléments indispensables ? Volume 19, numéro 2, Avril-Mai-Juin 2017

Auteur
Centre de fertilité de l’Ouest (CFO), Clinique Pasteur, 29200, Brest
* Tirés à part
  • Mots-clés : infertilité féminine, perturbateurs endocriniens, ovocyte, myo-inositol, vitamines, antioxydants, ovaire polykystique, hygiène de vie
  • DOI : 10.1684/mte.2017.0655
  • Page(s) : 153-6
  • Année de parution : 2017

Les modes de vie contemporains exposent à de nombreux facteurs (tabac, alcool, pollution environnementale, perturbateurs endocriniens, etc.) induisant la création de dérivés réactifs de l’oxygène (ROS), eux-mêmes susceptibles de compromettre la fertilité féminine. Il est ainsi établi que le stress oxydatif pourrait affecter l’ovocyte, et altérer sa fécondation. L’objectif de cette revue de la littérature récente est d’identifier plusieurs éléments naturels à même de réduire le stress oxydatif. Une combinaison de vitamines (B, C et E), de minéraux (sélénium et iode) et de myo-inositol pourrait contribuer, en association avec des recommandations hygiénodiététiques, à une meilleure prise en charge des femmes désireuses d’avoir un enfant, en particulier celles souffrant du syndrome des ovaires polykystiques.